Espace Membre



Devenir éducateur canin professionnel

Il y a 30 ans les éducateurs canins professionnels se comptaient sur le doigt d'une main. Depuis la création du Brevet Professionnel par le Ministère de l'Agriculture, il y a 6 ans, ceux qui exercent ce métier sont de plus en plus nombreux.

Pourtant, force est de constater que cette formation (que nous avons appelée de tous nos vœux) est très loin de correspondre à notre attente. Son contenu est bien trop insuffisant. Sans expérience canine préalable, une personne qui a suivi cet enseignement a peu de chance de réussir son installation. L'expérience nous montre que, malgré l'obtention du diplôme, seules quelques personnes arrivent à durer dans ce métier.

Et que dire de ceux qui créent leurs entreprises avec un simple certificat de capacité ou qui s’installent après avoir fait un stage de quelques semaines ? Certains d’entre eux se sont joyeusement fait « plumer » par des formateurs privés sans scrupule qui leurs ont promis l’eldorado. Ils sont comme les éphémères, ces insectes qui sont attirés par la lumière et qui ne vivent que quelques heures. Ils mangent leurs économies puis disparaissent à tout jamais…

Nous ne le dirons jamais assez, seul un éducateur canin expérimenté peut vivre de cette activité !

Un métier agricole souvent exercé dans les villes

La crise économique et la création du statut d’auto-entrepreneur ont poussé de nombreux chômeurs dans l’aventure des activités canines. Une aubaine pour le Ministère du Travail qui voit ainsi l’occasion de diminuer les rangs des demandeurs d’emplois. Malheureusement, Pôle Emploi oublie de dire à ces candidats à la création d’entreprise qu’on ne devient pas éducateur canin simplement parce qu’on « aime les chiens et qu’on a pas de travail. »

Comme tous les métiers agricoles, même s’il s’exerce souvent dans les villes, être éducateur canin c’est travailler tous les jours de la semaine quelques soient les conditions climatiques. Etre éducateur canin, c’est ne pas savoir ce que sont les week-ends tranquilles, les RTT ou les congés payés. Travailler avec les chiens c’est avant tout une vocation (qui pour quelques rares candidats peut être tardive).

Un métier où l’expérience est le maître mot

C’est pourquoi avant de s’inscrire dans une formation professionnelle, il faut acquérir un maximum d’expérience canine. Evidemment, le premier endroit dans lequel on peut apprendre est le milieu familial. Pourtant, avoir vécu avec des chiens depuis la tendre enfance ne permet pas encore de s’intituler éducateur canin. Pour ce faire, il faut sortir du cocon familial pour apprendre dans les différents secteurs de la cynophilie. Le milieu associatif peut être un tremplin. On y rencontre, parfois, quelques amateurs expérimentés qui ont des connaissances essentielles dans certaines spécialités. Le milieu de la protection animale est, également, une piste à envisager. Il permet d'avoir un regard particulier sur le monde du chien.

Communiquer avec les maîtres

Contrairement au dresseur qui entraîne des chiens à des fins utilitaires (chasse, garde, troupeau…) l’éducateur canin ne peut pas espérer vivre sa passion des chiens sans se préoccuper des maîtres. Bien qu’agricole, ce métier ne peut pas vraiment s’exercer loin des habitants et des habitations. C’est pourquoi, pour en vivre, il faut non seulement aimer les chiens mais il faut également apprécier les humains à qui ils appartiennent. Des qualités de communication sont donc indispensables dans cette profession.

Construire un projet professionnel viable économiquement

Pour devenir éducateur canin, il faut construire un projet cohérent et viable économiquement. La fondation de ce projet repose sur une véritable connaissance des chiens mais aussi sur celles des milieux dans lesquels il est possible de développer son activité. C’est pourquoi nous proposons des journées de spécialisation qui tiennent compte de vos compétences canines et de notre expérience de ces différents milieux.