Espace Membre



  • Club Royal Bourbon de Paris
  • Club RB des Hauts-de-Seine
  • Club Royal Bourbon du Loiret
  • Nos annuaires

    Le chien de l'éducateur canin

    Le chien de l’éducateur, pierre angulaire d’une activité canine

    Un éducateur canin sans chien c’est un peu comme un mécanicien sans voiture ou un cuisinier sans cuisine. C’est pourquoi, comme des bêtes à 6 pattes, la plupart des professionnels de la filière sont accompagnés dans le plus gros de leur travail par un représentant des canidés. Car l’image qu’auront les clients ou les passants des compétences du dit professionnel dépendra en partie des relations du spécialiste avec sa moitié canine. Le chien est, souvent, la carte de visite de l’éducateur. En théorie, il est obéissant, sait se tenir en société, n’aboie pas de façon inconsidérée. Il ne fait pas ses besoins n’importe où et n’agresse pas tout ce qui passe à sa portée.

    Il n’y a vraiment qu’au premier contact à domicile qu’il n’est pas présent. Mais c’est à l’occasion de la rencontre avec ce chien si important, que va s’instaurer, ou non, une véritable relation de confiance avec le client. C’est en regardant le chien de l’éducateur que le client saura si le « spécialiste » était un beau parleur ou un véritable conducteur. C’est à ce moment qu’il pourra constater que derrière la théorie se cache un praticien responsable et équilibré ou un illuminé capable de mettre son toutou adoré au milieu d’une bande de chiens incontrôlés.

    Partout ou les chiens sont autorisés

    L’éducateur canin doit pouvoir travailler partout ou les chiens sont autorisés. Cela implique que son chien ait un niveau d’obéissance très élevé quelque soit l’endroit où il est mené. Il y a ainsi des éducateurs qui sont capables de faire faire des choses extraordinaires à leurs chiens sur un terrain qui sont infichus d’obtenir du même animal qu’il reste immobile deux secondes sur une place publique ou qu’il marche en laisse correctement dans une rue bondée.

    Avec ou sans friandise

    Un bon éducateur doit être capable de faire obéir son chien partout sans difficulté tout en travaillant avec le chien de son client. Cela implique que le chien soit capable de répondre à des ordres sonores ou gestuels à une certaine distance avec ou sans récompense dans toutes les situations de la vie quotidienne. Il y a des éducateurs qui sont incapables de faire obéir leur chien si ils n’ont pas une friandise à portée de main.

    Immobile contre vents et marées

    Ce qui rassure les gens ce n’est pas qu’un chien soit capable de rester près de son maître mais qu’il puisse rester immobile à distance au premier commandement. Sous prétexte que leurs chiens sont « sociables et affectueux » certains prestataires canins considèrent comme normal que les passants aient à supporter les contacts avec leurs chiens. On a vu ainsi des chiens de promeneurs se précipiter sur des familles qui pique-niquaient tranquillement, des enfants qui jouaient au ballon ou des cavaliers qui passaient sur les passages équestres… Un professionnel digne de ce nom ne peut pas se permettre de lâcher ses chiens sur des espaces publiques sans être certain d’en avoir le contrôle dans une situation imprévue.

    Actif quand on lui a demandé

    Une autre fonction du chien de l’éducateur est de perturber le travail du chien du client. Il vient, par exemple, tourner autour du chien du client quand celui-ci doit rester assis calmement. Bien évidemment ce rôle de chien perturbateur n’est qu’une composition, et l’éducateur doit être capable de reprendre le contrôle de son chien dans toutes les situations. Certains éducateurs utilisent un chien « régulateur »

    Montre moi ton chien et je te dirai qui tu es !

    La forme du chien de l’éducateur est importante. Comme une carte visite, elle est révélatrice. Comme les clients, les éducateurs peuvent choisir des chiens de races rares pour se faire remarquer (un petit jeu qui peut coûter cher en frais vétérinaires quand on choisit un sharpei ou un bouledogue anglais) D’autres prennent des chiens dont l’image est associée à un statut social aisé. D’autres s’affichent « rebelles » en prenant des chiens catégorisés. Certains comme nous font un choix militant en prenant des chiens issus de refuges… Dans tous les cas, il nous parait important que l’éducateur soit ouvert à toutes les possibilités car comme le dit notre maxime « Peu importe son origine, l’important c’est son éducation ! »