Espace Membre



  • Club Royal Bourbon de Paris
  • Club RB des Hauts-de-Seine
  • Club Royal Bourbon du Loiret
  • Nos annuaires

    Le milieu utilitaire

    Le milieu du "chien de travail" et les éducateurs canins

    Quelle diffèrence y-a-til entre "Maître-chien" et "éducateur canin" ?

    Historiquement, les premiers éducateurs canins étaient des maîtres-chiens issus de l’armée, de la police ou des autres administrations. Fraîchement retraités de la fonction publique ou maîtres-chiens pendant leur service militaire, ils ont créé les premiers centres d’ « éducation canine » il y a quarante ans. A l’époque, leurs concurrents, les clubs canins associatifs de la SCC étaient des « clubs de chien de défense et de police » ou des « clubs de dressage ». Personne n’utilisait cette appellation dans le petit monde du chien.

    Ils ont utilisés cette nouvelle dénomination parce qu’ils ont été les premiers à constater que les motivations de leurs clientèles étaient en train de changer. De plus en plus de particuliers venaient les voir, non pas pour entraîner leurs chiens à garder, non pas pour les dresser à la chasse mais simplement pour qu’ils obéissent dans la vie quotidienne. Des particuliers qui avaient des chiens dans leurs foyers uniquement pour l’affection qu’ils pouvaient apporter. A l’époque une publicité d’aliments pour animaux qui auraient eu pour slogan « dites lui je t’aime ! » aurait fait hurler de rire l’ensemble de la cynophilie. Aujourd’hui, les trois quarts des chiens qui sont achetés ou adoptés le sont pour l’amour qu’ils peuvent apporter…

    Les plus inventifs de ces professionnels ne se sont pas contenter d’ajouter les mots « éducation canine » à leurs cartes de visites. Ils ont décidé de ne plus limiter leurs actions au seul terrain mais se déplacer aux domiciles de leurs clients. Ils avaient compris qu’il ne sert à rien de faire tourner en rond un maître et son chien dans un terrain de dressage. Pour ce genre de chien, l’éducation ça commence à la maison ! Ils ont également adaptés leurs méthodes à l’univers du chien de compagnie en privilégiant des règles adaptées à la vie quotidienne des propriétaires qui vivent en milieu urbain.

    Dans la filière utilitaire, il y a aussi les agents cynophiles de sécurité qui travaillent pour des sociétés privés. On est encore très loin, dans ce cas, du travail intéressant des maîtres chiens de l’administration. Rares sont ceux qui s’épanouissent dans cette branche d’activité. Dans ce domaine, malgré les nouvelles réglementations, les motivations canines des agents sont à géométrie variable. On y voit le meilleur comme le pire. Il suffit de travailler quelques jours dans un refuge pour voir passer des agents de sécurité sous-payés qui cherchent à trouver un berger à moindre coup pour faire « maître chien » dans plusieurs sociétés parce qu’ « on a une prime pour le chien »…